Sélectionner une page

Programmer un jeu vidéo n’est pas si difficile que cela. En effet, rien qu’avec quelques fondamentaux, il est possible de créer un jeu vidéo tout à fait jouable. Alexis Kuperfis nous explique les différents fondamentaux à maîtriser.

Cinq fondamentaux pour programmer

Tout d’abord, pour programmer un jeu vidéo, il faut savoir stocker des valeurs et faire des calculs. Pour cela, on utilise des variables (nombre de vie, d’ennemis, etc.) et des expressions. Ils sont stockés dans la mémoire de l’ordinateur qui devra faire des calculs simples (addition, soustraction, etc.) en temps réel.
Ensuite, il faut être capable d’exécuter des tâches répétitives. Par exemple, charger le niveau, replacer le personnage à sa position de départ, etc. Pour programmer ces tâches répétitives, on utilise des fonctions.
Il faut rendre son programme intelligent, sinon il est linéaire et fait toujours la même chose. Pour ce faire, on utilise des structures de contrôle : conditions, boucles.
Il faut aussi savoir gérer des groupes de données comme des listes et des tableaux. Ils sont notamment utilisés pour gérer la carte du jeu (positionnement des maisons, des routes, etc.).
Enfin, il faut savoir organiser son code par thème ou par rôle.

Cinq fondamentaux pour créer un jeu vidéo

Grâce aux cinq premiers fondamentaux, on sait recréer l’intelligence d’un jeu vidéo mais pas lui donner vie. Pour ce faire, il faut utiliser un moteur de jeu.
Tout d’abord, il faut tout simplement savoir afficher des images, c’est-à-dire charger et afficher une image.
Ensuite, grâce aux variables il faut déplacer cette image à l’écran.
Il faut aussi savoir animer une image. Changer sa position en temps réel, lorsque l’on appuie sur une touche du clavier, par exemple. La faire tourner ou changer de taille.
Pour donner encore plus de vie à votre jeu vidéo, il est primordial d’ajouter du son. Quelques lignes de codes suffisent pour jouer un bruitage ou une musique à un moment donné. Les sons sont préchargés en mémoire car ils doivent être déclenchés rapidement à un moment particulier alors qu’une musique va être streamée pour éviter d’encombrer la mémoire.
Enfin, le dernier et le plus important des fondamentaux, c’est l’interaction. Les commandes entrées par le joueur grâce à sa souris, son clavier ou sa manette doivent être reconnues par le jeu vidéo pour que celui-ci réagisse en conséquence.

Grâce à ces fondamentaux, il est possible de créer des petits jeux vidéo en 2D complètement jouables. Par exemple, il est totalement possible de programmer un jeu comme PAC-MAN à l’aide de ces dix fondamentaux.